DEV&BIZ pour Avocat Marketing/ août 21, 2019

les fausses idées sur le marketing
idées reçues sur le marketing

Les clichés et croyances sur le marketing empêchent souvent les cabinets d’avocats d’avoir un impact plus probant avec les outils qu’ils ont consentis à mettre en place, site internet, médias sociaux et image de marque réfléchie.

Pour tordre le cou aux principales idées fausses, examinons-les par ordre de fréquence des remarques  :

# Le plus sûr, c’est de faire comme les autres.

Beaucoup de cabinets d’avocats tombent dans le piège en pensant que si leur approche marketing ressemble fondamentalement à celle des autres, ils sont forcément dans le vrai. Le problème est que le marketing consiste à se démarquer des autres, être mémorable, ce qui implique nécessairement de faire quelque chose de différent. Alors, peut-être que c’est contre-intuitif, mais tenter sa chance et prendre des risques c’est… plus sûr. 

# Les statistiques ont toujours raison

Les cabinets d’avocats commencent à faire comme d’autres entreprise et analysent les données permettant de mesurer le succès de leurs campagnes de marketing. En principe, c’est une excellente discipline. Le danger survient lorsque les utilisateurs font une confiance aveugle à leurs données, sans remettre en question ses limites potentielles. 

Par exemple, si vous lancez une campagne de mailing qui n’amènent peu ou pas de nouveaux clients, vous en concluez que ce type d’action n’est pas adapté. Il se peut que le publipostage ou le mailing soit vraiment un choix judicieux, mais la manière dont la campagne a été exécutée posait un problème spécifique: choix de création, ton de la communication ou temps de diffusion. 

Un autre exemple : si vos nouvelles affaires proviennent principalement par bouche à oreille, vous pensez alors inutile de continuer à investir du temps et des moyens sur les réseaux sociaux, parce que 6 ou 10 likes n’ont pas eu apparemment d‘influence sur le chiffre d’affaires du cabinet. Mais vos nouveaux clients ont forcément consulté vos profils et activités sur LinkedIn et autres réseaux, pour « vérifier » par eux-mêmes qu’ils ont raison de vous confier leur dossier.

 Les statistiques peuvent vous donner une information/confirmation sur la pertinence de ce que vous faite. Mais cette connaissance ne donne pas toujours lieu à une vision claire. 

# Du contenu encore du contenu.

Il y a beaucoup de conseils pour vous inciter à produire du contenu ces jours-ci. Beaucoup. Mais, néanmoins, gagner au SEO (Search Engine Optimization) ne consiste pas seulement à avoir plus de posts et articles que le confrère. 

Par conséquent, le fait de confier le développement de contenus Web, blogs et médias sociaux à qui que ce soit, ne serait-ce que pour s’assurer que le job sera fait, ne vous mènera pas nécessairement plus loin. Par contre il saura vous alerter sur la pertinence du contenu.

Posez-vous toujours la même question : Cette information aide-t-elle les lecteurs à mieux connaitre/échanger avec notre cabinet ? Est-ce que cela donne envie aux visiteurs d’appeler et de rencontrer vos collaborateurs? Ces réponses sont essentielles, non seulement du point de vue du potentiel client, mais également du point de vue du référencement sur Google et les autres moteurs de recherche. Les algorithmes déterminent si les personnes lisent les pages de haut en bas, partagent sur des réseaux sociaux et reviennent souvent consulter. Ainsi, lorsque les contenus sont utilisés, les moteurs de recherche ont de meilleures performances. 

Ces résultats ne signifient pas nécessairement que d’autres personnes ne peuvent pas aider au développement du contenu. Mais, si vous le faites, tous ces efforts doivent être guidés par une stratégie globale.

medias sociaux pour avocats

 # Être partout, c’est le mieux.

Le marketing peut inciter les gens à se sentir un peu comme dans la cour du lycée. Tout le monde veut suivre la dernière mode. Avant-hier on avait Myspace et Aol Instant Messenger, puis Pinterest et Tumblr hier. Aujourd’hui Facebook (pour combien de temps) et Twitter. Et demain, tout le monde sur instagram ? … Une telle omniprésence peut être une perte de temps et d’argent. 

De plus, est-ce vraiment la bonne méthode ? 

En matière de marketing, être partout n’est pas vraiment le mieux, il faut définir ses priorités. Que ce soit en ligne ou hors ligne, une position plus judicieuse consiste à choisir quelques « véhicules » qui conviennent à votre entreprise (vidéo, réseaux sociaux, conférence, ouvrages…) et à aller loin avec. Prendre le temps de développer un plan marketing d’entreprise permet d’explorer toutes les options disponibles en même temps, au lieu de prendre des décisions au coup par coup tout au long de l’année. 

Vous pouvez même aller encore plus loin et élaborer des plans de marketing personnels pour que chaque avocat et collaborateur participant ait du succès dans leurs efforts marketing individuels, alignée avec la stratégie du cabinet. 

# Plus grosse entreprise, plus grosse dépense.

Bien que les grandes entreprises s’adressent souvent à des marchés plus importants, ce n’est pas la taille de l’entreprise qui détermine le budget de marketing. C’est sa complexité. Ainsi, si un cabinet d’avocats ne se concentre sur aucun domaine de pratique précis, il lui faudrait normalement moins de temps et d’argent pour atteindre son public. Il y a des exceptions à cette règle, bien sûr. 

Mais la multiplication des spécialités au sein du cabinet a tendance à faire augmenter les coûts de marketing dans des marchés de niche spécifiques. Cependant, dans de tels cas, il existe toujours un moyen de différencier davantage votre entreprise et de distinguer votre public cible. 

# Le marketing c’est surtout de l’administratif. 

Dire que le marketing est un travail administratif implique qu’il suit inflexiblement certains modèles et systèmes prédéterminés. Tout va bien tant que la direction est définie à un niveau stratégique, pour relier toutes les activités de marketing à sa vision. Mais l’expérience montre que le marketing c’est aussi, voire surtout, de l’adaptation permanente à son environnement, à l’actualité, la concurrence. Un plan d’action validé de 02 janvier peut se trouver chambouler le 15 juin et obliger à repenser les actions à venir. 

Conclusionmarketing pour avocats

Cet article ne traite pas tous les mythes sur le marketing des cabinets d’avocats, mais le fait est qu’ils existent. Lorsqu’ils cherchent à améliorer les résultats de leur cabinet, les avocats feraient bien de consulter les professionnels du marketing afin de mieux comprendre les types de changements susceptibles d’avoir un impact réellement positif. En dissipant toute idée fausse possible quant aux raisons pour lesquelles une campagne pourrait ne pas être performante, les prochaines étapes appropriées deviennent immédiatement plus claires, de même que les normes d’évaluation des résultats. 

Pour aller plus loin dans la réflexion d’une stratégie marketing de cabinet je vous invite à continuer de lire notre blog !

Please follow and like us:
error
Share this Post